Sophrologue et psycho-énergéticienne en Ardèche

307 enfant libre

Les retrouvailles avant les noces...

Il y a des matins comme ça. On se réveille tranquillement et puis on réalise que quelque chose a changé, profondément, viscéralement. Notre regard n'est plus le même, acéré, un peu plus perçant sans doute. Notre rapport au monde est plus intense, notre relation aux autres plus consciente, plus vibrante, elle s'est même étrangement teintée d'une couleur différente. C'est un peu comme si pendant la nuit, à notre insu ( quoi que !) notre esprit était parti en balade quelque part, et nous avait ramené dans ses bagages des trésors.

Images, noms qui résonnent, sensations à la fois étranges et familières...on reste un peu groggy au début, un peu sonnée, et puis, rapidement la joie s'invite aux noces, car oui  ce sont bien des noces. Les noces avec soi-même, avec cette partie intime, à la fois charnelle et spirituelle, cet être profond et complexe qui commence à se dévoiler à nous, ou plutôt à se rappeler à nous...quelle expérience bouleversante et revigorante ! 

Bien sûr, nous sommes des êtres de chair et de sang, des êtres incarnés, mais pas que...c’est bien au fur et à mesure des expériences de vie, tout au long du chemin que notre regard s'intensifie, s'expanse et détecte peu à peu que, tout autour de nous, au-delà de nous, il y a aussi de la vie. Une vie qui semble insaisissable mais qui pourtant nous interpelle et nous pousse à avoir d'autres yeux. Les yeux de l'âme, sans doute.

Religion et spiritualite 520x245

La curiosité y est pour beaucoup. J'ai toujours été extrêmement curieuse de tout. Tout, cela signifie ici et maintenant mais aussi au-delà. Ce qu'on peut appeler l'invisible. Cet espace hors du temps linéaire qui, pourtant, vient à certains moments nous bousculer, se rappeler à notre bon souvenir avec force et intensité. Les rencontres et les lectures permettent de nous ouvrir à ces incursions, mais ce qui nous confronte le plus clairement à ces espaces nouveaux ce sont les rêves, les états méditatifs profonds, certaines pratiques énergétiques, l'écriture intuitive et la lecture des oracles ( des livres tel que le Yi-King et les cartes-oracles ). Tout m'intéresse à partir du moment où cela me permet de saisir cette dimension extra-sensorielle pourtant si présente et si vivante.

J'aime la vie. Je suis une amoureuse de la vie. C'est certainement cet amour qui me pousse à rechercher et à expérimenter tout ce qu’elle peut contenir en elle. Le visible, le concret, l'accessible au premier regard, le charnel, mais aussi l'invisible, l'abstrait, le vibratoire, le symbolique, tout ce que nous pouvons accueillir avec d'autres sens. 

Déjà toute petite, d’aussi loin que je m'en souvienne,  je m'inventais des histoires de vaisseaux, d'autres mondes, je n'étais venue là que pour expérimenter et je n’allais pas tarder à repartir...j'avais déjà ce lien particulier avec la nature, les éléments. Je savais qu'il y avait quelque chose au-delà de notre perception première. Je le pressentais.

Cependant, et comme bon nombre d'entre nous ont pu l’expérimenter, je suis passé par les formatages souvent intransigeants, de l'éducation, de la société, du "normal", du rationnel et du bienséant. Ce moule tellement étroit et limité, dans lequel je ne suis jamais parvenu à rentrer complètement d'ailleurs...avec cette sensation d'être toujours décalée, différente, un peu "hors-normes". Alors oui, petit à petit, insidieusement, pour ne pas exploser en vol, pour exister malgré tout, je me suis forcée à mettre un pied dans le moule...une vraie souffrance tant je sentais que je devenais "contre-nature", que je mettais un couvercle sur l'enfant libre et entière que j'étais. Mais c'était le seul moyen que j’avais trouvé de rester en lien avec les autres, mes proches, la société, le monde.

Des années et des années à me renier, à étouffer cette petite voix. Des années à sentir que quelque chose n'allait pas, juste ressentir ce vide à l'intérieur. J'avais comme perdu la mémoire. Enfin, je pensais l'avoir perdue...Ce n’est que l’année de mes 25 ans qu’elle m'est revenue. Fulgurante, bouleversante, réjouissante. Quelque part dans une rue d’Aix en Provence, la petite fille libre m’est apparue à nouveau. C’était peu de temps après la disparition de mon grand-père maternel, un homme que j’ai profondément aimé. Il a fait le lien je crois, entre celle que j’étais devenue et celle qui dormait au cœur de mon être. J’ai pu renouer alors avec cet autre monde, cet espace impalpable que je ressentais à nouveau au plus profond de mon antre.

Aujourd’hui, c'est à l’aube de ma cinquantième année, étape étrangement symbolique s’il en est, que cette petite fille libre peut enfin s’exprimer en toute sécurité, totalement, inconditionnellement. Elle sait maintenant qu’elle peut prendre le risque de montrer à nouveau son vrai visage, que rien ni personne ne la contraindra plus, que sa fibre unique et singulière va enfin pouvoir entrer en résonnance avec le monde.

Il m’en aura fallu du temps, mais qu’est-ce que le temps en fin de compte ? Du linéaire, un concept qui cadre, qui rassure peut-être, un curseur crée par des humains dans une dimension donnée. J’ai toujours eu un peu de mal avec ce temps-là, il manque tellement d’espace et de possibilités…la petite fille libre à l’intérieur peut rester des heures à contempler la nature, un papillon, un arbre, la lune….pendant que le monde s’agite autour, d’activités en activités.

Le temps est donc venu pour moi de laisser s’exprimer cette petite voix à l’intérieur qui prend désormais une place importante dans ma vie de femme. Une place légitime, une place de choix, une place de reine.

La femme que je suis devenue s’est totalement reconnectée à cette enfant libre et entière, et c’est mêlée à son souffle que je viendrai de temps à autre, selon l’inspiration du moment, la laisser parler de ce qu’elle ressent.

Partager et se relier aux autres dans l’énergie du cœur, voilà ce qui fait sens et qui me réjouit au plus haut point.

« Notre existence se construit comme un puzzle. Nous ne sommes pas toujours conscients, au moment où nous en assemblons les pièces ; de la grande cohérence de l’ensemble. C’est en prenant du recul que nous réalisons que tous les évènements qui nous arrivent ont du sens et sont à leur place. Où que vous soyez aujourd’hui, soyez certains que vous êtes au bon endroit, au bon moment… » -Arnaud Riou-

Commentaires

  • Marie-Hélène MAS
    • 1. Marie-Hélène MAS Le 08/10/2017
    Bonjour Géraldine,
    Je viens de finir de te lire. Que d'émotions ! Tu m'as emmenée avec toi dans ton histoire, tes mots m'ont interpellée... ils font écho à ce que je vis. Contrairement à toi, je me cherche encore, mais tes mots sont porteurs d'espoir. Merci pour tout ce que tu donnes, merci d'être TOI. Je te souhaite plein de belles réussites et pourquoi pas un livre.... Je t'embrasse affectueusement, Marie-Hélène
    • geamelin
      Tes mots me touchent et résonnent Marie-Hélène . Merci pour ta belle présence et ta sincérité <3
  • nadine courtois
    • 2. nadine courtois Le 07/10/2017
    bonjour, j'ai beaucoup aime votre ecrit, la facon d'ecrire, facile a lire et fluide, mais profonde, j'aimerais bien etre au courant de ce que vous allez encore ecrire, je vis aussi le temps d'une maiere tres differente des autres..un peu..elastique..lol. continuez a ecrire car c'est tres agreable de vous lire.
    • geamelin
      Merci Nadine pour ce retour et au plaisir des partages futurs :-)