Sophrologue et psycho-énergéticienne en Ardèche

Femme debout

A chaque difficulté son opportunité d'éveil...

  • Par geamelin
  • Le 24/06/2018
  • 0 commentaire

Très bien, ça doit être ça au bout du compte. Ne jamais pouvoir s’endormir trop longtemps sur ses lauriers…être en permanence demandée sur le pont. Allez hop ! Et on se remue ! Non mais faudrait pas croire non plus que ça va te tomber tout cru dans la bouche ma chérie. Non ,non ,non !

De toute façon, plus je résiste, plus ça me comprime, plus les évènements me chahutent.

Alors bon, c’est d’accord. J’arrête de faire ma rebelle, ma belle et mon intéressante aussi, promis ! Je me pose et je cesse de réfléchir à des solutions.

J’accueille l’inspiration. Je capte l’essence des choses qui se présentent à moi. Sans ciller, sans sourciller non plus d’ailleurs. J’ouvre les bras, les yeux, je sors mes antennes, je prépare toutes mes pores à accueillir. Je laisse mes visions et mes ressentis se déployer au-delà de l’ordinaire. Je demande aussi. J’invoque, je convoque, j’imagine, je rêve.

Tout est bon à prendre dans la mesure où je ne résiste plus à la vague qui s’abat sur moi. Où plutôt je décide, comme une grande que je suis, de plonger dedans tête première. N’est-ce pas finalement  la meilleure des choses à faire ? Maîtriser sa peur. Peur de couler, peur de souffrir, peur de manquer…et toutes ces peurs qui asphyxient.

Y aller sans hésiter, se jeter dans le rouleau, dans la gueule du loup, les regarder tous les deux bien en face et leur dire à haute et intelligible voix «  même pas peur ! ».

S’abandonner totalement à ce qui vient. Quel que soit ce qui vient. Le confortable, le doux, le tendre, mais aussi le rugueux, le tendu, celui qui veut en découdre, en voilà du challenge !

Rester debout, plier peut-être un peu mais se redresser avec les tripes, avec toute la foi en soi et la persévérance. Continuer à avancer malgré les embûches. Se laisser porter par le vent, qu’il soit brise légère ou ouragan sans opposer de résistance. Et si c’était ça ?

Accepter vaille que vaille que chaque évènement difficile, chaque écueil soient là pour nous pousser à exprimer encore un peu plus de nous-mêmes. A jauger notre capacité à tout surmonter, même ce qui nous semble insurmontable à première vue.

Allez, j’accepte le défi, je vais chercher tout au fond de moi cette force de vie qui m’a permis d’être là où je suis aujourd’hui. Cette pulsion de vie même qui m’a mise au défi déjà toute petite. Je la connais bien maintenant. Je sais que je peux l’apprivoiser et qu’elle et moi on peut déplacer des montagnes !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.